Bataille de Saghro (suite 3/4)


Blocus

Durant la période du 18 au 28 février, on s’applique à rendre le blocus de plus en plus étroit; il en résulte l’obligation d’occuper certaines positions dominantes. Les avions exécutent des bombardements massifs sur les lignes ennemies. Le 20, les assiégeants prennent pied dans la zone sud-est du plateau des Aiguilles, puis, le lendemain, ils donnent un assaut général; malgré des efforts inouis, la journée se solde par des gains insignifiants. Le lieutenant-colonel Chardon est grièvement blessé. Comme la résistance de l’adversaire ne faiblit pas, les attaques du 22 n’ont également qu’un succès médiocre, néanmoins, l’encerclement est à peu près réalisé, le 23. Le jour suivant, les partisans du groupement ouest réussissent à atteindre le sommet du plateau; ils en sont rejetés et un nouvel assaut, lancé dans l’après-midi, échoue. Sur le front de combat, les nôtres sont tenus en arrêt. Au cours de la nuit, les dissidents essaient à leur tour de rompre le barrage à l’Ouest; cette tentative n’a pas de résultat. De leur côté, les forces françaises attaquent encore sans succès, durant la nuit du 21 au 25. Les assiégés sollicitent alors une trêve de vingt quatre heure, qui est accordée mais ils opposent ensuite un refus insolent à l’invitation de mettre bas les armes.

Une lutte acharnée

Cette lutte acharnée s’étermise, aussi le commandement prépare-t-il une attaque puissante, qu’il voudrait décisive. Celle-ci est déclenchée, le 28 février, à 7 heures, l’artillerie et l’avion battent violemment les objectifs. Mais, après une avance de quelques centaines de mètres, goumiers et partisans sont arrêtés par un feu très dense ; l’ennemi les repousse en leur infligeant les pertes énormes. A midi, le général Huré donne l’ordre de rompre le combat; il se borne, dorénavant, à établir un cercle infranchissable autour de Bougafer considéré comme inexpugnable. Du 18 au 28, nous avons eu 11 officiers tués, le 21, le lieutenant interprète Alessandri, de la compagnie saharienne, le 22, le lieutenant Landon, des affaires indigènes d’Algérie : le 24 le lieutenant Bureau, des spahis ; le 25, le lieutenant Timpagnon, des Sénégalais, le sous lieutenant Sieurac, des goums : le 28, les capitaines de Lespinasse de Bournazel, des affaires indigènes, Faucheux, de la légion, les lieutenants Le Chevalier, des Sénégalais, Poidevin, des traiteurs marocains, Binet, des affaires indigènes, Brincklé, de la légion.

Les auxiliaires sont tombés en grand nombre. Enfin, les pertes des réguliers s’élèvent à 51 tués, 2 disparus, et 83 blessés, dont 9 officiers.

Au début de mars, le blocus est organisé de façon rigoureuse. Tous les goums sont maintenus, ainsi que 1.800 partisans; les autres regagnent leurs villages. Plusieurs bataillons avec une forte artillerie entrent en ligne. Ce siège en règle gêne beaucoup les dissidents; leur ravitaillement devient impossible. Ils sollicitent donc une deuxième trêve, le 5, mais les pourparlers échouent.

Trois jours plus tard, le 8, on change le dispositif d’investissement ; les canons et les avions harcèlent l’adversaire sans trêve. Cela amène quelques soumissions isolées, en revanche, la masse s’obstine à tenir jusqu’à la dernière extrémité. Les assiégés font un ultime effort de nature dans la nuit du 17 au 18; le barrage ne cède pas. Devant l’inutilité de la résistance, Hasso se résigne enfin à offrir une capitulation, le 24; le lendemain, il se présente avec les autres guerriers aux trois généraux réunis et Huré reçoit leur soumission. A ce moment, le groupe compte encore 2.949 personnes, dont 465 combattants. Entre le 1er et le 25, nous avons 1 régulier tué et 4 blessés.





You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply