Bataille de Saghro (suite 4/4)


Néanmoins, l’insécurité ne disparaît pas avec la chute du bastion dissident du Saghro. Moins de deux mois après, le 9 mai, le lieutenant du génie Bonnin, employé sur les chantiers de la piste, tombe dans une ambuscade; il est tué avec un des spahis d’escorte.

Puis, durant plusieurs années, les attentats continuent dans la région. Il existe, en effet, deux bandes d’irréductibles, l’une des Aît Moghrad, l’autre des Aït Khebbach, qui attaquent les isolés, surtout entre le Dadès et le Gheris, notamment au voisinage de Tinghir.

A diverses reprises, des Européens tombent sous les coups des Aït Moghrad.

Le dernier incident grave a lieu le 30 décembre 1935; trois de ces bandis pénètrent dans Tinghir, à la tombée de la nuit, et massacrent à coup de fusil quatre légionnaires attablés dans un café.

La poursuite échoue; 1 partisan est tué. Les supplétifs de Tinghir prennent une revanche, le 5 mars 1936; ils encerclent à Tadafalt, vers Taria, le chef de bande avec trois acolytes. Au cours de la matinée, ces auxiliaires enlèvent le ksar à la grenade; ils exterminent les quatre Aït Moghrad, mais perdent 3 tués et 1 blessé .




You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply