Bataille de Saghro (1/4)


Saghro est une épopée de la résistance d’ait atta contre l’occupation.
Tiré de l’ouvrage du colonel L. Voinot :
Ces deux inscriptions ornent la stèle érigée sur la piste du Saghro, aux environs d’Isk-n’Aït Yazza. La première, qui constitue la dédidace, occupe l’une des faces de la pyramide ; la seconde se trouve au milieu du socle. Le monument ne vise de façon directe que la campagne du Saghro ; mais celle-ci est liée à l’action antérieure dans les vallées du Dadès et du Todgha, action dont elle découle.

Au temps où les Glaoua doivent assurer, par leurs propres moyens, la police des territoires situés au-delà du Haut-Atlas, le Résident leur prescrit de faire une diversion à l’ouest du Ziz, pour aider la colonne du général Poeymirau qui marche contre les rebelles de cette vallée.

Le Pacha El Hadj Thami rassemble donc une dizaine de milliers de partisans à Marrakech, mais les chutes de neige retardent son départ. La Harka peut franchir la montagne, vers le milieu de janvier 1919 : le 18, elle est au Dadès et, le 22, au Todgha, El Hadj Thami livre plusieurs combats; il pacifie et organise les populations, puis réussit à entrer en liaison, le 29, avec le colonel Mayade, qui a remplacé le général Pœymirau atteint d’une blessure grave.

L’effet désiré est obtenu. Les Glaoua ont, en outre, affirmé leur autorité dans les tribus lointaines de leur commandement. Celles-ci sont ensuite travaillées par un agitateur xénophobe. Une nouvelle harka va rétablir l’ordre au Dadès et au Todgha, en juillet-août 1920; son chef use de la force envers les récalcitrants.

Après avoir atteint Bou-Malem sur le Dadès, on active la progression vers l’Est dans le vaste couloir entre l’Atlas et la ride montagneuse du Sud. Le but poursuivi a une grande importance, il s’agit, en effet, de donner le plus tôt possible la main aux troupes des confins, de manière à ouvrir la rocade Ouarzazate – Ksar Es-Souk.

Le prochain bond est prévu à limiter, que le lieutenant-colonel Chardon ve reconnaître, le 3 avril, le maréchal Franchet-d’Esprey et le général Huré, commandant la région de Marrakech, visitent également ce point quelques jours plus tard. L’occupation a lieu, pacifiquement, le 3 mai, le poste est aménagé aussitôt. Puis, le 28 juillet, on parvient à installer une garde fixe de partisans dans le djebel Saghro, à Tagoudilt-n’Aït Bou Daoud; dès le lendemain, ces auxiliaires perdent un tué au cours d’un échange de coups de feu avec des rôdeurs.

Au mois d’octobre, le Commandement fait hâter la construction de la piste se dirigeant vers le Todgha; celle-ci a été entreprise au lendemain de l’arrivée à Imter. Pour assurer la protection du chantier, des partisans s’établissent au Foum El Khous-n’Tazout, le 21. A ce moment, les pillards se montrent très entreprenants; ils exécutent, à plusieurs reprises, des coups de main contre les tirailleurs employés aux travaux. Le Sagho est devenu le refuge des rôdeurs, qui circulent en bordure de la zone soumise; des Djemaâs protestent néanmoins de leurs bons sentiments à l’égard du Makhzen.

Malgré les inconvénients résultant de l’insécurité, le général Catroux, chef de la région de Marrakech, se trouve bientôt en mesure de marcher sur le Todgha.

Le groupe mobile comprend six bataillons, deux escadrons, quatre batteries, un goum, cinq cent partisans, il doit faire l’opération en deux temps. Le 14 novembre, Catroux réalise le premier bond; il part d’Imiter et campe sur la position intermédiaire de Foum El Khous, où les troupes stationnent jusqu’au 18. Ce jour-là, la colonne gagne la ligne du Bast-Todgha; elle occupe sans coup férir le ksar de Tinghir, que la piste atteint presque de suite. A partir du 22, tous les ksars demande 11nt l’Aman; en prévision de la venue des Français, les habitants avaient expulsé, quelques jours auparavant, les dissidents étrangers réfugiés dans le district. Du fait de la nouvelle avance, les éléments de Marrakech ne sont plus séparés de ceux des confins que par une faible coupure.

Aussitôt maître du Todgha, le général organise le pays, en accord avec les chefs Glaoua. Le 19 novembre, il procède à l’occupation de Taria et des Aït-Ouaritane; le seul président consiste en une escarmouche des partisans avec les gens de Tizgui. Le Dejemaâ des Aït Fersi, une tribu ayant son habitat au Sud, sur l’Oued Ichem, vient se présenter à Tinghir. Des reconnaissances circulent aux environs : l’une d’elles atteint sans difficulté le Ras-Staf, à moins de dix kilomètres du Ferkla,

Puis Catroux reconnaît à son tour le Ras-Staf en automobile, le 16 décembre. Une vingtaine de jours plus tard, le 5 janvier 1932, un groupe s’avance jusqu’à Bou-Tara, vers la pointe nord-ouest du djebel Tisdafine dont l’autre extrémité est proche du Ras-Staf.





You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply