Bataille de Saghro (suite 2/4)


La jonction

A quelque temps de là, les forces de Marrakech et des confins réalisent leur jonction, le 11 février, le jour où les dernières s’emparent du Ferkla. Un détachement venant de l’Ouest, sous les ordres du colonel François, aide à encercler l’oasis, il reste ensuite quarante-huit heures à la disposition du général Giraud pour l’opération d’Ifegh.

La grande voie de communication Ouarzazate – Ksar Es-Souk se trouve désormais en entier sous notre contrôle, mais l’insécurité astreint à une sévère discipline de la circulation. Les attentats sont fréquents, en particulier contre les isolés. Environ 350 fusils Aït Moghrad et Aït Hadidou opèrent au Todgha, au milieu de mars; le 13, ils attaquent le ksar Aït-Izdeg. Les partisans repoussent les agresseurs en leur infligeant des pertes; ils ont eux-mêmes deux tués.Les unités stationnant dans la région montrent beaucoup d’activité. Les 7 et 8 avril, elles effectuent deux nouvelles liaisons avec les troupes des confins, en direction du djebel Tisdafine. Le 13, le commandant du territoire, le lieutenant-colonel Chardon, pousse sans incidents jusqu’au Tizi-n’Ifegh. Puis, le 18 mai, un groupe d’éléments légers atteint les Aït El Fersi, dans une vallée tributaire du Todgha, sur la piste du Ferkla; la population affirme son loyalisme. Enfin, le 20 une reconnaissance circule dans la Haut-Todgha et arrive à Zaouia Sidi Abdellali; elle reçoit partout le meilleur accueil. Sur ces entrefaites, des Aït Ouallal, Aït Ourir, Ilemchane se présentent à la Kelaâ des Mgouna; ils manifestent l’intention de s’unir pour mettre obstacle au développement des influences hostiles au Tazzarine. D’autres Ilemchane font une démarche analogue à Zagora. Notre action pacificatrice obtient peu à peu des résultats intéressants.

Mais les rôdeurs poursuivent leurs exploits. Dans le courant de juin, la chasse aux bandits oblige à des mouvements incessants.

Le 8 septembre, un djich exécute une violente attaque contre la fezza de Tinghir; il est rejeté avec pertes. Nous avons deux goumiers tués et six blessés. Pourtant, la surveillance imposée aux forces irrégulières n’empêche pas celles-ci de prendre part aux opérations. Vers la fin de novembre, 250 partisans de Bou-Malem se rassemblent à Tagoudit n’Aït Bou Daoud, au sud de la piste conduisant à Imiter : leur mission est de couvrir le groupe mobile marchant sur le Tazzarine.

Un goum et 260 partisans de Tinghir occupent, dans le même but, une position à l’Est du Tizi-n’Boujou. En décembre, des dissidents s’établissent au col de Tinezrai, dans le djebel Hamdoun, à une dizaine de kilomètres au Nord de Tinghir; canonés par le poste, puis contre-attaqués au cours de l’après-midi, ils sont mis en déroute. Nous perdons 2 supplétifs tués et 3 blessés.

Hostilites

Par ailleurs, les nombreux irréductibles retirés au Saghro ne manquent aucune occasion de manifester leur hostilité; ils adressent des menaces de représailles aux notables, qui cherchent à composer avec nous. Leur action s’exerce principalement au Sud, vers le Tazzarine, et à l’Est, sur le front du Regg que surveille Alnif. Comme les incidents se multiplient, l’aviation bombarde à maintes reprises les campements rebelles; on resserre, en outre, le blocus économique et on arme les tribus sûres. Pour en finir, le Commandement décide, au mois de février 1933, de régler la question du Saghro avant les dernières opérations du Haut-Atlas. C’est a priori une grosse affaire car ce massif aride, difficile, est mal connu ; les pillards en ont fait leur réduit. Le groupement qui s’abrite dans le Saghro compte environ 800 familles, dont un millier de guerriers résolus, bien armés et pourvus de cartouches.

Les frères Hasso et Basso. Ou Basalem sont l’âme de la Résistance. La nature chaorique de la montagne est favorable à la défense ; aussi, juge-t-on préférable de confier l’attaque à de fortes harkas soutenues par des goums, au lieu d’y employer des réguliers. Pour l’opération, on constitue deux groupements. Celui de l’Ouest aux ordres du général Catroux, à la composition suivante : 4.400 partisans, 6 goums et la milice d’artillerie de Marrakech, qui sont répartis en quatre harkas. Trois de celles-ci, sous les capitaines Lacroix, Barrieux et Spillmann, se massent respectivement au Nord, au Nord-Ouest et au Sud-Ouest; la dernière, sous le capitaine Daumarie, qui dispose des canons, se tient en réserve vers lgoudmane. Le lieutenant-Colonel Chardon commande l’ensemble des harkas. Le groupement de l’Est, aux ordres du général Giraud, comprend une harka de 800 partisans et 1 goum, sous le capitaine Paulin; le groupe du lieutenant-colonel Tarrit, soit 1 goum, 300 partisans, 1 compagnie montée de légion, 1 compagnie de Sénégalais, la compagnie saharienne du Ziz, 1 escadron de spahis; le groupe du lieutenant-colonel Despas, fort de 900 partisans, 3 goums, 1 compagnie montée de légion, 1 escadron de spahis, 1 batterie de légion, 1 peloton d’auto-mitrailleuses.

Des dispositifs de barrage sont organisés au Sud, par le commandant Vincent, avec une demi-compagnie de légion, 1 escadron de spahis, 2 pelotons d’autos-mitrailleuses et des partisans. L’aviation met en ligne 4 escadrilles. Le général Huré, commandant supérieur des troupes, s’installe à Tinghir. Les harkas entament leur mouvement dans la nuit du 12 au 13 février. Au cours de la journée, il se produit quelques escarmouches. Un fort parti ennemi enlève des animaux à la compagnie de légion du groupe Despas ; 6 légionnaires sont tués.D’autre part, un avion tombe chez les dissidents; l’équipage, comprenant le lieutenant observateur de Saulieu de la Chaumonerie, disparaît. Pendant l’avance du 15, le capitaine Lacroix a un vif engagement vers Tizi-n’Oulili; les partisans n’ont pas une attitude très ferme et les goums, qui les appuient, perdent des tués. Les harkas convergent vers la cuvette d’Imsaden en bousculant les insoumis; ces derniers se replient au cœur du massif dans le djebel Bougafer. De rares familles demandent l’Aman. Les 16 et 17, l’étreinte se resserre progressivement autour des réfractaires, mais leur résistance rend la manœuvre délicate; les assaillants arrivent d’ailleurs devant les formidables escarpements du plateau des Aiguilles, la partie la plus tourmentée de la montagne. Les difficultés apparaissent si grandes que le général Huré décide de prendre le commandement effectif ; il forme deux sous-secteurs à l’Ouest et à l’Est, sous les généraux Catroux et Giraud.
Cela tourne à la guerre de tranchées; Hurée envisage de renforcer les supplétifs par des réguliers. A cette date, nous avons 11 réguliers et supplétits tués, 3 blessés, dont 1 officier.




You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply